La laque

La laque est connue depuis la haute antiquité, dans divers points du globe. On trouve en effet des objets laqués en Perse- plumiers, miroirs ; des brûle-parfums et des boites en Inde, des gourdes, plats et gobelets au Mexique... La nature des vernis utilisée est diverse mais c’est à l’évidence avec la sève d’un Sumac- Rhus vernicifira utilisé en Chine depuis plus de 5000 ans que le plus somptueux patrimoine a été créé. Cette matière récoltée par gemmage du laquier ou arbre à laque est l’ancêtre de nos matières plastiques modernes. Ce polymère naturel résiste en effet à la chaleur, à la corrosion et aux acides.

Réduite au départ à un usage strictement utilitaire, la laque gagne ses lettres de noblesse grâce à des générations successives de laqueurs chinois puis japonais qui se sont surpassés dans la création de décors riches en techniques : gravure, aventurine d’ors et d’argent, relief, incrustation de nacre, d’os de pierres dures et d’ivoire. Les meubles en provenance de l’orient- paravent , cabinet, vaisselles,armures ainsi parés de somptueux décors firent l’admiration des visiteurs occidentaux qui voyageaient en extrême-orient.

Les artisans européens cherchèrent à imiter cette technique et sa matière jusqu’à inventer un style purement occidental qui ne cessa dès lors d’évoluer. La période Art Déco , avec en particulier le laqueur JEAN DUNAND , a vu l’émergence d’un style parfaitement lisible dans l’univers décoratif. Aujourd’hui les artistes de plus en plus nombreux s’expriment au moyen des laques synthétiques bénéficiant des innovations technologiques de l’industrie chimique : laque cellulosique, polyuréthane et polyester. Le métier de laqueur est aujourd'hui en constante évolution et ne cesse de s’enrichir de nouvelles expressions qui métissent les techniques traditionnelles et modernes pour faire émerger un art à part entière.