Artistes

Nathalie
Rolland-Huckel

Martine
Rey

Michell
Pontie

Aurélie
PIMONT

Anna
Michel

Thibauld
Mazire

Lièn

Laurence
Klein

Chris
GULLON

FAD

Isabelle
Emmerique

Marie
De La Roussiere

Gine
Clément Popille

Bruno
Chomel

Jean-Pierre
Bousquet

formations

FAD

Téléphone : 03 23 82 63 19

Site : fad-laques.com

Rue madame
02130 sergy

fad.laques@orange.fr

http://www.artmajeur.com/fr/artist/fadlaques/collections

Empreintes du temps, empreintes usinées ;
Xylophages artificiels, brillances référentielles
Onde du temps, fausses réalités,
Jouer du présent, désirs espérés ;
Donner au futur les outrages des rêves.
Exposer aux regardants
Les plaisirs cachés;
Savourer les questions
Sans attendre de réponses ;
Renouveler pour un jour
Les espoirs de toujours.


 

DEMARCHE

Ma recherche est basée sur le fait que je voulais marier la laque et le bois brut dans un soucis de dualité des matériaux. Le contraste entre la laque, brillante et lisse, et le bois travaillé dont l’aspect ouvragé laisse au regardants l’interrogation de l’origine du travail me satisfait de plus en plus.
Au commencement mon bois brut n’était  marqué que par des traces pouvant avoir été laissées par des insectes xylophages. Mais poursuivant et amplifiant ces traces, j’en suis arrivé à percer le bois en tous sens pour qu’en plus du contraste de matière entre la laque et le bois, j’obtienne également un questionnement des regardants sur l’origine de ces perforations en augmentant mes perforations et en allégeant le bois de plus en plus.
Tout en étant prêt a découvrir d’autres essences, aidé par mon fournisseur qui commence à comprendre ma recherche, après avoir testé de nombreuses essences de bois je me suis axé sur quelques bois : Le sapelli, l’iroko, le framiré et surtout l’orme.
Tous ces bois sont denses, durs, peu fissiles, ne pluchent pas et acceptent mes produits.
Ma recherche s’oriente vers l’allègement extrême du bois brut mais qui se heurte aux risques de ces allègements. Mais….


 

TECHNIQUE

Laqueur depuis plus de trente ans, j’utilise principalement des laques cellulosiques pour tous ce qui est des décors. Mes apprêts étaient de facture traditionnelle avant que je n’entreprenne de pousser mon travail sur le bois et par-là modifier, pour des questions de résistance au temps, la nature des apprêts. J’utilise maintenant deux types d’apprêts polyuréthanes, un qui restera invisible par sa texture tout en protégeant le bois des changements d’hygrométrie et un second pour préparer mon bois au laquage proprement dit, comme tout apprêt.
Ces changements de techniques sont dus à mon travail sur le bois, qui avec l’avancement de ma recherche, prend une place plus importante qu’a mes débuts.