Artistes

Nathalie
Rolland-Huckel

Martine
Rey

Michell
Pontie

Aurélie
PIMONT

Anna
Michel

Thibauld
Mazire

Lièn

Laurence
Klein

Chris
GULLON

FAD

Isabelle
Emmerique

Marie
De La Roussiere

Gine
Clément Popille

Bruno
Chomel

Jean-Pierre
Bousquet

formations

Laurence KLEIN

Téléphone : 02 33 25 41 89

Site : laurence-klein-laque.fr



laurence.klein@hotmail.fr

Lormarin

61340 Nocé

 

Née en 1951 à Missy(Aisne)
1973-1976 Ecole des arts appliqués,rue Olivier de Serres,section laque.
1976 :stage chez le laqueur Peisson.
Adresse de l’atelier : Lormarin  61340 Nocé.
tel :02 33 25 41 89

 

EXPOSITIONS PARTICULIERES
1976 :cloître de la cathédrale de Laon
1978 :galerie »bel espoir, »Paris
1980 :centre ronéo vickers,Paris
1982 :galerie « la passerelle »,Paris
1984 :galerie andreasmarkt,Krefeld,R FA
1986 :exposition au « petit saint Vincent et porte d’Ardon Laon.
1990 :Maison Mansart,Paris
1991Galerie zig zag Grenoble
 Expose en permanence dans son atelier à Lormarin

 

EXPOSITIONS DE GROUPE
1977  et 1988:heures mediévales Laon
1980 et 1982salon des ateliers d’art porte de versailles,Paris
1983 1985 1988 1989exposition dans divers endroits de Paris avec l’association L.A.C.
1986 :Hotel des monnaies,Paris
1987 1991 :SNBA ,Grand palais,Paris
1988 space saint jacques,Saint Quentin
2001 :avec Claire debril céramiste exposition à st quentin la poterie
2006 :avec L.A.C.musée de Münster et Dresde
2006 :les ateliers de Parisavec l’association
1994 1996 1999 triennale de Kanazawa (Japon)
Prix  Jean Pierre Bousquet en 1999
1996,vente d’une œuvre à la fondation sasakawa (Japon)
Exposition à Lormarin :2005 avec Martine Rey ,2006 avec François Marandin

 

TEXTE DESCRIPTIF DU TRAVAIL DE LAURENCE KLEIN

« Le travail de Laurence Klein est un travail sur la forme.Il a beau jouer avec la surface et l’usure c’est autant une recherche de sculpteur qu’une œuvre de peintre .D’ailleurs parmi  les maîtres auxquels spontanément elle se rattache il y a Brancusi ,Hajdu et Chilida et les « grands »de la transparence comme Sima ,Fautrier et bien sûr Poliakoff.

Son expérience de l’Orient n’est pas une culture apprise,elle est compréhension de l’essentiel :tout part  de la vie végétale et tout y revient.

Travail sur la forme :il s’agit à chaque fois de presque répéter la même chose,de tourner autour de la même forme- qui est naturellement la sienne,celle que chacun porte en soi ;une telle démarche ne consiste nullement à ressasser,c’est même tout le contraire.Ce qu’a choisi Laurence Klein c’est chercher le nouveau dans la répétition même,dans le proche,dans les infimes décalages avec lesquels joue le connu,suivant en cela l’exemple de la nature. »
Emmanuel Fandre